Les différents types d'hébergement web

Types d'hébergement

Avant de choisir un hébergeur, il est fondamental de comprendre quels sont les différents types d'hébergement web. D'abord choisir le type d'hébergement vous fera gagner énormément de temps et vous facilitera grandement le choix lorsqu'il s'agira de comparer deux ou plusieurs hébergeurs.

Dans cet article, je vais faire l'analogie avec le monde de l'hébergement... au sens immobilier du terme. Cela vous permettra de bien comprendre les différences, et même si vous n'en saisissez pas encore toutes les subtilités, vous en saurez suffisamment pour faire votre choix.

Propriétaire ou locataire ?

Cette question va être rapidement tranchée. Etre propriétaire de ses propres serveurs ou de son propre datacentre est évidemment exclu, à moins que vous n'envisagiez de devenir vous même hébergeur !

Dans le monde de l'hébergement web, le client est toujours locataire. Quel que soit le type d'hébergement retenu pour votre site, attendez vous toujours à payer un loyer récurrent, mensuel ou annuel.

Type 1 : hébergement mutualisé ou partagé

Il s'agit du type d'hébergement le plus répandu et qui convient au plus grand nombre. Dans cette configuration, vous louez une chambre d'hôtes. Que cela signifie-t-il ?

Cela signifie qu'à l'instar d'une chambre d'hôtes où vous partagez avec d'autres invités les ressources communes (salle de bains, cuisine, etc.), un hébergement mutualisé, appelé aussi partagé, met en commun un certain nombre de ressources informatiques pour ses clients. 

Concrètement, vous disposerez d'un petit morceau du disque dur sur le serveur informatique qui héberge votre site. Mais ce serveur n'est doté que d'un seul processeur (CPU), d'une seule unité de mémoire et d'une seule carte réseau. Ces ressources seront donc forcément partagées entre les clients. 

Avantages de l'hébergement mutualisé :

Inconvénients de l'hébergement mutualisé :

Type 2 : serveur VPS (ou serveur virtuel)

Ce type d'hébergement a commencé à devenir populaire depuis environ 10 ans ce qui correspond à l'arrivée à maturation des technologies qui lui ont permis d'émerger.

Revenons en à notre hébergement immobilier. Cette fois, vous ne louez plus une chambre d'hôtes, mais un appartement entier. 

Informatiquement parlant, vous disposez donc de votre propre serveur. Pourquoi dit-on qu'il est virtuel ? Parce que ce n'est pas un ordinateur physique comme vous pourriez l'imaginer. En fait, on a découpé un serveur physiques en de multiples petits serveurs virtuels, c'est ce que l'on appelle la virtualisation. Il existe plusieurs technologies de virtualisation dont VMware est la plus connue. Par exemple, un serveur physique disposant de 12 processeurs CPU et 48 Go de mémoire RAM pourrait être découpé en 6 serveurs virtuels de 2 CPU et 8 Go de RAM chacun. 

Virtualisation VPS

Génial non ? L'hébergeur peut maintenant louer 6 serveurs alors qu'il ne dispose en fait que d'une seule machine. Et du point de vue du client, rien ne transparaît : tout se passe comme si vous disposez de votre propre serveur physique. Enfin presque...

Souvenez vous, vous louez un appartement. Mais un appartement est situé dans un immeuble, il y a des parties communes, un règlement intérieur, et même un syndic qui est chargé de veiller à ce que tout le monde cohabite en harmonie. Et c'est exactement le rôle de l'hébergeur. Selon les technologies utilisées, selon sa politique commerciale, selon la configuration du serveur, l'hébergeur isolera plus ou moins bien les serveurs virtuels entre eux. S'il y a un départ de feu dans un appartement, tout l'immeuble pourrait bien brûler. Et si le voisin du dessus oublie d'éteindre le robinet de la baignoire, votre appartement pourrait bien se retrouver inondé.

Avantages du serveur VPS :

Inconvénients du serveur VPS :

Type 3 : serveur dédié

Voilà un type d'hébergement facile à comprendre ! Comme son nom l'indique, l'hébergeur vous loue donc un serveur dédié. C'est donc bien cette fois un ordinateur physique pour vous et rien que pour vous.

Cette fois, vous l'aurez compris, vous louez une maison indépendante dont vous aurez choisi toutes les caractéristiques. En ce qui concerne le serveur dédié, il s'agira essentiellement de la puissance de son processeur (CPU), de la quantité de mémoire RAM, de la taille et du type de disque dur, et enfin de sa bande passante (la taille du tuyau qui relie le serveur à Internet).

Cependant, toute maison se situe dans un quartier d'une ville, gérée par une mairie. De la même manière, votre serveur est rangé dans une baie (une grande armoire) qui lui délivre l'énergie nécessaire, et qui le connecte au réseau de l'hébergeur, lui même connecté à Internet. Autrement dit, même avec ce type d'hébergement, le choix de l'hébergeur reste absolument primordial. Votre serveur dédié ultra puissant ne sera d'aucune utilité s'il n'est plus alimenté en électricité, ou s'il est déconnecté du réseau Internet.

Avantages du serveur dédié :

Inconvénients du serveur dédié :

Type 4 : hébergement ou serveurs Cloud

Qui n'a pas entendu parler un jour du Cloud Computing ? Qu'est ce encore que ce nuage obscur ? Ce thème mériterait un article entier pour y être développé. 

A ce stade et pour vos besoins de compréhension vis-à-vis des types d'hébergement internet, vous n'avez pas besoin de comprendre tous les enjeux du Cloud. Retenez simplement ces quelques éléments et conseils :

Type 5 : hébergement WordPress (ou autres apps)

De la même manière que pour le Cloud, les hébergeurs se sont rapidement emparés du marketing autour de WordPress, l'application sur laquelle reposerait environ 1 site sur 4 dans le monde. Il s'agit d'une appplication gratuite et relativement simple à utiliser pour construire votre site internet ou votre blog.

WordPress

Là encore, les hébergeurs n'ont pas inventé un nouveau type d'hébergement. Il s'agit simplement d'offres d'hébergement mutualisé ou de serveur VPS que l'hébergeur présente sous une forme différente. La plupart du temps, l'hébergeur y pré-installera WordPress, ou encore effectuera quelques optimisations spécifiques à WordPress dans la configuration de son serveur. Certains iront même jusqu'à proposer un support d'experts WordPress, mais bien souvent il s'agit en fait de la même équipe. De la même manière qu'avec WordPress, certains hébergeurs proposent des hébergements dits spécialisés pour d'autres applications populaires comme Prestashop, Drupal, etc.

A l'instar des hébergements dits "cloud", je vous conseille de ne pas trop prêter attention à ce type de marketing. Attachez vous surtout à comprendre quel est le type d'hébergement sur laquelle repose l'offre de l'hébergeur.

Quel type d'hébergement choisir ?

Cela fait beaucoup d'informations à digérer n'est-ce pas ? Rassurez vous je vais vous inviter l'indigestion en vous indiquant simplement comment procéder.

Bien évidemment, vous aurez compris que le choix du type d'hébergement n'est absolument pas universel. Il n'y a pas un type meilleur que les autres dans 100% des cas. Tout va dépendre de chaque cas particulier. 

1. Votre site est-il important ?

Naturellement, vous allez être tenté de répondre toujours oui à cette question. Alors posez la vous différemment : que se passe-t-il si mon site est indisponible pendant 1 heure ? Pendant 24 heures ? Est-ce la fin du monde ou pourrez vous vous en accomoder ? Essayez d'en mesurer l'impact. Si il ne s'agit que d'un simple site vitrine, il ne sera probablement pas le même que s'il s'agit d'un site e-commerce. 

Si vous estimez que votre site revêt un caractère stratégique et que le moindre dysfonctionnement pourrait impacter sévèrement votre activité (perte de clientèle, perte d'opportunité, détérioration de l'image de marque, chômage technique, etc.), vous devriez d'office oublier l'hébergement mutualisé et même le serveur VPS, trop risqués. Tournez vous immédiatement vers un voire plusieurs serveurs dédiés, et si vous n'avez pas les compétences, faites appel à un prestataire ou à l'hébergeur lui même s'il le propose afin d'administrer votre serveur (infogérance).

2. Votre site sera-t-il très visité ?

Je vous le souhaite, sincèrement ! Mais soyez aussi réaliste. De la même manière que vous établissez un business plan, essayez d'estimer le nombre d'utilisateurs qui seraient susceptibles de visiter votre site au cours d'un mois. 

Si la réponse est moins de 1 000, ce qui est très probable si vous démarrez une nouvelle activité, un hébergement mutualisé devrait s'avérer amplement suffisant, quelle que soit l'application utilisée. De plus, il sera toujours temps de migrer vers un serveur virtuel ou dédié si d'aventure votre site connaissait un succès fulgurant.

3. Qui va s'occuper de l'hébergement ?

Vous souhaitez le meilleur pour votre site internet ? Très bien, mais encore faut il avoir les moyens de ses ambitions. Comme vu précédemment, un serveur dédié ou VPS nécessite des compétences et du temps pour être administré. Vous sentez vous à la hauteur ? Dans le cas contraire, il vous faudra souscrire un forfait d'infogérance ce qui risque d'alourdir la note.

Attention donc à ne pas pêcher par orgueil. Il n'y a rien de pire que de commander un serveur dédié (ou VPS) et ne jamais s'en occuper. C'est le meilleur moyen pour qu'une catastrophe se produise (piratage, perte de données irréversible, etc.) et croyez moi la question n'est pas de savoir si mais quand elle se produire.

Si vous n'y connaissez rien et que vous ne comptez pas payer quelqu'un pour s'en occuper à votre place, mieux vaut vous tourner vers un hébergement mutualisé haut de gamme qui a le mérite d'être administré par l'hébergeur.

Conclusion

J'espère vous avoir éclairé sur les différents types d'hébergement possibles. Vous disposez a priori de toutes les informations pour faire votre choix. A vous maintenant de trier parmi toutes les offres des hébergeurs et de choisir celle qui vous convaincra le plus.

A propos de l'auteur

Photo de l'auteur

Mathieu Chouteau

Mathieu a dirigé pendant 14 ans un hébergeur internet. Aujourd'hui consultant indépendant, il met à profit son expérience pour conseiller et accompagner les clients dans leur choix d'hébergement web.